Woodchuck fabrique des planches de haute gamme conçues pour les amateurs de skateboard qui pratiquent de façon significative. La compagnie a démarré en 1996 dans le garage d’un de mes amis pour faire un premier prototype. De là, on a progressé tranquillement et on est aujourd’hui dans une usine à Longueuil, Québec d’à peu près 10 000 pieds carrés et on exporte dans 20 pays ou plus.

Je fais du skateboard depuis que j’ai 14 ans et je suis professionnel depuis 9 ans. C’est évident que ça m’a aidé dans le développement de la compagnie. Je suis vraiment impliqué, au niveau local ou international puis de là je pense qu’il y a souvent des opportunités qui apparaissent pour l’entreprise.

Le plus long saut en planche à roulettes est de 79 pieds.

On a les planches OEM, c’est à dire des planches sur mesure pour des compagnies de marques de commerces, des distributeurs et des grossistes. On prend les instructions du client, tant au niveau de la construction que du graphique et on fabrique en conséquence de ces instructions.

Dans les marques de commerces, on a une marque de commerce qui s’appelle Premium Skateboards, c’est une marque de commerce qui comprend les produits de planches endossés par des professionels de skateboard. Ça couvre aussi des produits de vêtements, de roues, des trucks. On a aussi une autre marque de commerce qui s’appelle Avera Skatebaords, c’est une marque qu’on a développé il y a à peu près 2 ans.

On distribue surtout dans l’est du Canada. On vend aussi à des distributeurs en Europe et aux Etats-Unis. On se concentre surtout sur la fabrication de planches de skateboards qui sont pratiqués couramment. Là dedans, il y a plusieurs grandeurs, plusieurs différents modèles.

Si on veut être en affaires douze mois par année, on est obligé d’exporter. On a décidé d’attaquer le marché européen puis on s’est adapté pour être capable de bien répondre à leurs besoins. Puis on s’est concentré sur ces marchés là pour être capable de grandir.

Les professionnels de planche à roulettes gagnent entre 1,000$ et10,000$ américain par mois selon les compétitions remportées.

Un grand défi pour nous autres a été de s’adapter au taux de change. On vend dans trois devises Canadienne, Européenne puis Américaine. Il y a deux, trois ans quand le taux de change a monté drastiquement ça a été un coût très élevé pour la compagnie. Tu vends moins cher sans changer ton prix. Tu ne peux pas vraiment changer tes prix car ce sont des prix qui sont fixés par le marché.

Je suis très fier mais j’aimerais ca qu’on se développe mieux aux États-Unis peut-être par l’implantation d’un centre aux Etats-Unis et essayer de développer le marché chinois.